WickedBook
Profile

Wicked Book

    EN PAUSE ! Je reviens à la fin de Eternally Mine... (18/04/2017)

  • 2920 visits
  • 8 articles
  • 317 hearts
  • 794 comments

_ _ « La haine tue toujours, l'amour ne meurt jamais. » _ _ 07/07/2015

_ _   « La haine tue toujours, l'amour ne meurt jamais. »   _  _

 
Auteur de :
 
 
 
 
Je n'aurai jamais imaginé écrire une histoire portant sur Hermione & Drago un jour. Comme quoi... 
Il y a peu de temps encore je n'aimais pas du tout ce couple qui revenait sans cesse dans les fictions. 

Mais ce sont justement certaines de ces fictions qui m'ont donné l'occasion de voir ce couple sous un autre oeil, et de petit à petit l'apprécier jusqu'à adorer lire des Dramione. 

Si bien que je me lance à mon tour dans l'aventure, aventure qui me fait peur car en écrivant une histoire sur ce couple, on peut tomber bien rapidement dans les pires clichés qui soient... 

Mais je tente l'expérience en espérant que mon histoire sera un tant soit peu originale et en espérant qu'elle vous plaise. 



_ _   « La haine tue toujours, l'amour ne meurt jamais. »   _  _



Que celles qui lisent mes autres histoires se rassurent, je ne vais pas les mettre en suspend au profit de celle-ci !

Je vais juste... Être encore un peu plus longue à publier... (Ne me tuez pas ! xD)
Non, je vais vraiment essayé de gérer les trois histoires en même temps.

Celles qui me connaissent suffisamment doivent probablement se dire que je ne vais jamais y arriver, et je suis d'accord avec elles xD 
Mais cette histoire ne voulait pas sortir de ma tête, alors voilà voilà, je me trouve avec une troisième fiction sur les épaules... 





Quoi qu'il en soit je vous souhaite une bonne lecture en espérant que cette histoire saura vous plaire ! 


_ _ « Prologue & Sommaire » _ _ 12/07/2015


 
Sommaire


Chapitre Un : En Ligne.
Chapitre Deux : En Ligne. 
Chapitre Trois : En Ligne. 
Chapitre Quatre : En ligne. 
Chapitre Cinq : En Ligne.
Chapitre Six : En Ligne.
Chapitre Sept : En cours d'écriture.



Prologue


D'un côté, il y a haine, le dégoût, le mépris, la lâcheté. 
De l'autre, la compassion, le courage, la loyauté, l'amour. 
Il y a entre eux un fossé, un gouffre, une montagne, un océan. 
Et au milieu, ce carnet.
 
Ce simple et stupide carnet...



_ _ « Mépris : Sentiment par lequel on juge quelqu'un ou sa conduite moralement condamnable, indignes d'estime, d'attention. » _ _ 07/07/2015

_ _   « Mépris : Sentiment par lequel on juge quelqu'un ou sa conduite moralement condamnable, indignes d'estime, d'attention. »   _  _



Premier chapitre.



 
Que diriez-vous... de pimenter cette année ennuyeuse à mourir ?


Janvier venait de pointer le bout de son nez. Tous les élèves étaient de retour à Poudlard après avoir passé les vacances de Noël auprès de leur famille.  Pansy Parkinson, qui s'amusait à faire tourner entre ses longs doigts fins l'un des coins de la cape de Drago, releva la tête pour faire face à Blaise qui se tenait debout, devant le canapé sur lequel ils se trouvaient. Drago Malefoy releva à son tour les yeux, avec bien moins d'entrain que la brune à ses côtés et comprit en posant le regard sur le visage de Blaise que celui-ci venait d'avoir une idée dont il semblait très fier.

 
Laisse-moi deviner, éradiquer tous ces Sang-de-Bourbe de Poudlard ?


Pansy gloussa et le blond n'y prêta pas la moindre attention. Ce gloussement était devenu, au fil des années, un son familier. Comme le tic-tac incessant d'une horloge, ce bruit le suivait partout. Les rires niais de Pansy sont comme les sons qu'émettent Vincent Crabbe et Gregory Goyle en mangeant. Des gloussements et des bruits de mastications, voilà ce qui entoure quotidiennement Drago Malefoy, fils de Lucius Malefoy, digne Sang-Pur de Serpentard. 

 
Mieux. Nous allons jouer à un jeu.


Pansy lâcha la cape de Drago pour changer de position en repliant les jambes sur le canapé, apportant cette fois-ci toute son attention à Blaise Zabini. Celui-ci attendait pourtant de capter l'attention de Drago, Pansy n'étant de toute manière pas concernée par le jeu. Le blond haussa un sourcil pour lui faire comprendre qu'il attendait la suite et un sourire malsain vint éclairer le visage du Serpentard lorsqu'il tendit un carnet noir à Drago.

 
- C'est de ce carnet dont tu es si fier ?

 
Drago Malefoy posa cette question d'un ton résigné sans prêter plus d'attention au carnet que Pansy venait de lui prendre des mains afin de pouvoir l'examiner.

 
Ce n'est pas n'importe quel carnet... Il y en a deux identiques à chaque fois, et ce que tu écris dans l'un se retranscris immédiatement dans l'autre.
Génial. Pansy n'aura qu'à y noter ses notes de cours et je les aurais directement.

 
La concernée gloussa de nouveau en feuilletant les pages du carnet, bien qu'elles soient toutes vierges et Blaise hocha la tête de droite à gauche, indiquant à Drago qu'il comptait utiliser ces carnets à meilleur escient.

 
Nous serons trois. Toi, Crabbe et Goyle qui jouerons ensemble, sinon ils perdront trop rapidement, et moi-même.

 
Du coin de l'½il, le blond aperçu que Pansy, assise à côté de lui, commençait doucement à faire la moue en comprenant qu'elle n'était pas comprise dans le jeu. Il ne s'en préoccupa pas plus et reporta son attention sur Blaise pour qu'il continu, mais celui-ci fut interrompu avant de commencer.

 
Tu m'expliques pourquoi ces idiots peuvent jouer et pas moi ?
Tu ne sais même pas de quoi il s'agit.
Et alors ? Je veux en être !
Tu...
Non, laisse la jouer, le coupa Drago. Mais s'il s'avère que le jeu ne te convient pas, tu ne pourras plus faire machine arrière.

 
Pansy, qui sentait la joie monter en elle, ne prêta pas attention à la remarque de Drago. Elle était prête à jouer, peu importe les règles. Si Crabbe et Goyle le pouvaient, elle en était dignement capable, elle aussi. Elle accorda alors toute son attention à Blaise, avide d'en savoir plus sur ce fameux jeu.

 
Un élève de Poudlard nous sera assigné à chacun, et nous devrons communiquer avec lui via ce carnet, continua Blaise en montrant du doigt le carnet que tenait la Serpentard.
Sérieusement ? Tu n'as pas encore plus ennuyeux comme jeu ?

 
Drago n'était pas le moins du monde emballé par ce jeu débile, ils étaient en cinquième années, ils avaient largement passé l'âge de ces gamineries. Il s'était attendu à mieux de la part de Blaise, son idée était si peu intéressante qu'elle aurait pu germer dans l'esprit de Crabbe et Goyle.

 
Attends, reprit Blaise en retrouvant son sourire malsain digne de tout Serpentard qui se respecte. Nous devrons communiquer avec l'élève qui nous est assigné, anonymement, et il ne devra en aucun cas découvrir notre identité.
Et s'il la découvre ? demanda Pansy, visiblement emballée par le jeu proposé.
Tu es éliminée.

 
Le blond reconsidéra un instant l'idée de Zabini. Si le jeu restait en soit très ennuyeux et bien peu ingénieux, il pourrait s'avérer un peu plus intéressant en fonction de l'élève de Poudlard qui sera concerné.

 
Comment seront choisis les élèves concernés ?
- Par tirage au sort. Pour nous, ce seront des filles. Pour Pansy, un garçon. Bien sûr, aucun Serpentard ne pourra être tiré au sort, ça rendrait les choses trop faciles...

 
Génial. Voilà que s'il s'embarquait dans ce jeu débile, il allait se retrouver contraint à parler à une élève des autres maisons de Poudlard. Aucun de ces élèves ne méritait l'attention de Drago et Blaise était encore bien loin de l'avoir convaincu. C'était un jeu stupide et sans intérêt.

 
Il n'y aura pas de règles. Aucune limite. Tout ce qu'il te passe par la tête pourra être inscrit sur ce carnet... Du moment que ça ne dévoile pas ton identité, bien entendu.

 
Au même moment, Vincent Crabbe et Gregory Goyle firent leur apparition dans la salle commune des Serpentard, traînant Merlin savait où. Ils s'approchèrent du petit groupe et prirent place lourdement à côté de Pansy.

 
Ils sont déjà au courant pour le jeu, et bien sûr ils sont de la partie. On attend plus que toi en fait...
Tu sais que ton jeu est débile ?
Moi je trouve pas, affirma Pansy. Imagine que tu tombes sur un Gryffondor, tu peux régler tes comptes comme tu le veux par ce carnet.
Je n'ai pas besoin d'un carnet idiot pour régler mes comptes.

 
Blaise lança un regard noir à Pansy pour lui faire comprendre que son intervention ne les aidait pas et ils attendirent la réponse du blond qui aimait se faire désirer.

 
Fait ton stupide tirage au sort, je me déciderai après.

 
Blaise Zabini hocha la tête en souriant, pratiquement sûr d'avoir embarqué Drago dans son jeu, aussi débile et stupide soit-il. Il fit un mouvement de tête en direction de Crabbe qui se leva et partit au fond de la salle commune avant de revenir, un chaudron dans les mains, qu'il donna à Blaise. Depuis sa place, Drago pouvait y voir de nombreux morceaux de parchemins et il fronça les sourcils.

 
Ne me dis pas qu'il s'agit de tous les élèves de Poudlard ?
Crabbe et Goyle avaient du temps libre..., répondit Blaise en souriant.

Il pointa ensuite sa baguette au-dessus du chaudron et d'un mouvement précis, en fit sortir un petit morceau de parchemin chiffonné.

 
Celui-ci sera pour Crabbe et Goyle, commença Blaise en le dépliant. Vous jouerez avec... Hannah Abbot !

 
Crabbe et Goyle se regardèrent, n'ayant aucune idée de qui pouvait bien être cette Hannah Abbot. Ils tournèrent alors les yeux vers Pansy dans l'espoir qu'elle en sache un peu plus qu'eux.

 
Je crois qu'elle est à Poufsouffle. Je vous la montrerais demain quand on sera dans la grande Salle.

 
Ils hochèrent la tête avant de se concentrer de nouveau sur le chaudron posé devant Blaise qui agita de nouveau sa baguette au-dessus.

 
Celui-ci est pour toi ! s'exclama Pansy à l'attention de Blaise en voyant le morceau de parchemin s'élever dans les airs.
Ok. Alors j'ai... Padma Patil.
C'est une des jumelles de Serdaigle, précisa Pansy non sans une pointe amère de jalousie dans la voix.

 
Drago esquissa un sourire en entendant la ranc½ur de Pansy. Il avait beau porter très peu d'attention aux ragots de l'école, il savait très bien que les jumelles Patil étaient avant tout connues pour leur beauté, ce qui n'était pas pour plaire à la Serpentard à ses côtés. Serpentarde qui commençait par ailleurs à s'impatienter.

 
Bon, à moi maintenant !

 
Blaise rangea son morceau de parchemin dans la poche de son pantalon et s'apprêta à faire une troisième fois le mouvement au-dessus du chaudron avant de s'arrêter. Il sembla réfléchir un instant et releva les yeux vers Pansy qui le regardait attentivement en fronçant les sourcils.

 
Quoi ?
Tu ne devais pas jouer. Il n'y a que des noms de filles dans ce chaudron.

 
Drago jeta un coup d'½il désintéressé à Pansy et se rendit compte qu'elle allait rapidement élever la voix pour obtenir ce qu'elle souhaitait. N'ayant pas la moindre envie d'entendre sa voix aigüe monter dans les airs, le blond remua sa baguette d'une main habile et un morceau de parchemin s'éleva du chaudron. Blaise l'attrapa et releva les yeux après l'avoir lu.

 
Comment tu as fait ?
C'est un sort de troisième année, grommela Drago de mauvaise humeur.
- Bon et alors ? s'impatienta Pansy

 
Le Serpentard reporta son attention sur le parchemin qu'il tenait entre ses doigts sous le regard avide de la brune qui trépignait d'impatience.

 
Tu es avec Zacharias Smith.
Au moins, c'est un Sang-Pur..., commenta Pansy en grimaçant et en prenant le morceau de parchemin que lui tendait Blaise.

 
De son côté, Drago suivait la scène en retrait, pas du tout emballé par la perspective de ce jeu idiot. Il était au-dessus de tout ça. Il avait mieux à faire que parler à n'importe qui en faisant en sorte que celle-ci ne découvre pas son identité. Il n'y avait même pas d'enjeu à ce jeu puisqu'il n'y avait rien à gagner. Il entendit Pansy s'exclamer que c'était à son tour et il regarda sans intérêt Blaise sortir un quatrième morceau de parchemin de son chaudron, qui n'était d'ailleurs pas dans un très bel état. A la vue des bosses qui l'ornaient de toutes parts, il devait probablement appartenir à Crabbe ou Goyle.

 
Alors... Drago sera avec...

 
Blaise s'interrompit en lisant le morceau de parchemin et le sourire malsain qui illumina son visage attira réellement, pour la première fois, l'attention du blond. Son camarade lâcha des yeux le parchemin pour regarder Drago en souriant de plus belle.

 
Mec, t'as intérêt à jouer parce que ça promet d'être plus intéressant que prévu.  Tu es avec Granger.

 
Drago laissa échapper un ricanement tandis que Pansy poussait une exclamation outrée. Décidément, ce jeu était une mauvaise idée jusqu'au bout.

 
Tu te fous de moi ?
Ah je t'assure que non, affirma Blaise en lui tendant le morceau de parchemin.

 
« Hermione Granger ». Sang-de-Bourbe aurait été plus approprié. Il n'allait tout de même pas s'abaisser à parler à cette fille de Moldus, et qui plus est, amie d'Harry Potter et de Ron Weasley qui ne mérite en aucun cas le rang de Sang-Pur. Il était contre cette idée puérile depuis le début, et ce morceau de parchemin avec ce nom ridicule inscrit dessus n'allait certainement pas le faire changer d'avis.

 
Ça sera sans moi.
T'es sérieux ? Pourquoi ? s'étonna Blaise qui était pourtant sur que le nom de Granger suffirait à le convaincre.
Je n'ai pas que ça à faire, et je ne vais encore moins perdre mon temps à parler à une Sang-de-Bourbe.

 
Drago n'attendit pas de réponse de la part de ses camarades qui le regardait bêtement et il se leva pour monter directement dans son dortoir. La soirée était déjà bien avancée et la salle commune des Serpentards s'était lentement vidée. Il s'allongea sur son lit sans prendre la peine de se changer et joua pensivement avec sa baguette en regardant le plafond. Une dizaine de minute plus tard, il entendit Blaise entrer à son tour dans la chambre et se préparer pour aller se coucher.

 
Je pense que tu as tort, commença Blaise, maintenant allongé sur son lit. Le fait que tu sois tombé sur Granger pourrait être... productif.

 
Productif ? En quoi parler à cette Sang-de-Bourbe pourrait être productif ? Il pourrait, certes, comme l'a dit Pansy, régler ses comptes avec les Gryffondors et plus précisément ce trio agaçant, mais son identité serait bien rapidement dévoilée et ça n'aurait aucun intérêt. Autant régler ses comptes directement. Non, c'était définitivement une mauvaise idée. Mais il pourrait aussi se servir de ce carnet à son avantage en s'immisçant dans le trio. Il n'aurait qu'à gagner la confiance de Granger, apprendre des faiblesses de chacun pour mieux verser son venin par la suite... Mais gagner la confiance d'une Sang-de-Bourbe ? Impensable. Même via un carnet et sous couvert d'anonymat, il serait incapable d'adresser une phrase, ne serait-ce que polie, à Granger. Ses répliques de Serpentard et de digne Sang-Pur reprendraient bien trop rapidement le dessus. Non, il était inimaginable de jouer à ce jeu. 
.
.
.
_ _   « Mépris : Sentiment par lequel on juge quelqu'un ou sa conduite moralement condamnable, indignes d'estime, d'attention. »   _  _



Et voilà pour le premier chapitre de Wicked Book ! 


Honnêtement, j'aime déjà énormément cette histoire.
Je prends beaucoup de plaisir à l'écrire et pour une fois, les événements sont bien ficelés dans ma tête, ce qui est rare quand j'écris...

J'ai hâte d'avoir vos impressions sur ce premier chapitre et sur le thème de l'histoire en général :) 
Les trois prochains chapitres sont déjà écrits et j'ai vraiment, vraiment hâte de vous les faire lire ! 

J'espère vous retrouvez aussi nombreuse que sur Eternally Mine, et je vous promets que je n'abandonnerai pas ma première histoire pour me consacrer à celle-ci. 

Comme toujours, un avis constructif fait toujours plaisir. 


Des bisous tout doux. 


_ _ « Dégoût : Sentiment d'une personne confrontée à ce qu'elle rejette avec une certaine violence, comme ayant fait l'objet d'une souillure inacceptable. » _ _ 12/07/2015

_ _   « Dégoût : Sentiment d'une personne confrontée à ce qu'elle rejette avec une certaine violence, comme ayant fait l'objet d'une souillure inacceptable. »   _  _


Deuxième chapitre.
 
 

Le lendemain, Drago se leva comme à son habitude de mauvaise humeur. Il n'avait jamais été du matin, et en cinq ans, Pansy Parkinson ne semblait toujours pas l'avoir compris. Elle le salua, trop bruyamment au goût du blond, et parla de la salle commune des Serpentard jusqu'à la grande salle sans que personne ne prenne la peine de lui répondre. Mais Pansy s'en préoccupait peu. Elle était une pipelette et avait sans cesse besoin de combler les vides qui les entouraient.

 
Une fois à la table des Serpentard, elle prit, comme de coutume, place à côté du blond avant de se mettre à scruter la salle des yeux. Elle était à la recherche de Zacharias Smith, son nouveau... partenaire de jeu. Elle fronça les sourcils en examinant chaque élève de Poufsouffle en se disant qu'ils étaient tous aussi banals et inutiles les uns que les autres et finalement, trouva le blond en bout de table. Il était entouré de trois autres Poufsouffle et ils parlaient entre eux en prenant leur petit-déjeuner.

 
- Qu'est-ce que tu regardes comme ça ?

 
Pansy quitta Smith des yeux avant de les glisser sur Crabbe, qui mordait dans sa tartine avec avidité en attendant la réponse de la brune.

 
- Zacharias Smith, murmura-t-elle. Je suis censée jouer avec lui.
- Ah oui ! J'avais déjà oublié ! Montre-nous qui est... Goyle, tu te souviens de son nom ?
- Maria ? proposa le concerné sans grand intérêt.

 
Pansy secoua la tête et se lança à la recherche d'Hannah Abbot. Elle se souvenait vaguement de son visage et ne tarda pas à la retrouver au beau milieu de la table des Poufsouffle.

 
- Elle s'appelle Hannah Abbot. Et elle est juste là, précisa Pansy en indiquant la concernée à l'aide de son doigt.

 
Crabbe et Goyle relevèrent tous deux la tête en suivant le doigt de Pansy et cherchèrent Hannah sans la moindre discrétion. La brune les laissa admirer leur nouvelle occupation et risqua un coup d'½il vers Drago qu'elle n'avait pas encore entendu depuis qu'il était descendu du dortoir. Son air maussade lui indiqua qu'il ne valait mieux pas lui parler maintenant et elle concentra son attention sur Blaise, qui était assis en face d'elle.

 
- Et toi, tu n'as pas besoin d'aide pour trouver Patil ?
- Oh rassure toi, répondit Blaise avec un sourire malsain, je sais parfaitement qui est ma proie.

 
Drago ricana avant de boire dans son verre, apportant sur lui toute l'attention des deux Serpentard à ses côtés.

 
- Elle est à Serdaigle, tu devrais avoir honte de jouer avec ça.
- Rappelle-moi qui est tombé sur Granger ? Et bien sûr, qui dit Granger dit Gryffondor, Potter, Weasmoche, et qui plus est, Sang-de-Bourbe, répliqua Zabini.
- Rappelle-moi qui ne joue pas à ton jeu puéril ?

 
Blaise ouvrit la bouche et s'arrêta, cherchant quoi rétorquer au blond, avant de lever les mains en souriant.

 
- Ok. Je capitule. Mais tu as tort, je te l'ai dit, ça pourrait être productif.
- Je ne vois rien de productif là-dedans, je ne vois qu'une perte de temps inutile.
- Tiens d'ailleurs, d'où sors-tu ces carnets ? s'interrogea soudainement Pansy.
- Ma mère en a quelques-uns à la maison, et elle a eu le malheur de me les montrer pendant les vacances. J'en ai pris suffisamment pour nous tous avant de revenir à Poudlard.

 
Pansy hocha la tête avant de mordre dans sa tartine en écoutant distraitement Crabbe et Goyle qui se moquaient ouvertement d'Hannah Abbot et d'après leurs dires, de ses cheveux de paille.

 
- On commence quand ? s'enquit-elle de nouveau.
- Ce soir, répondit Blaise.
- Jusqu'à quand ?
- Il n'y a pas de date. Le jeu prendra fin quand il n'en restera plus qu'un en lice.
- Mais ça peut prendre des mois ! s'exclama Pansy un peu trop bruyamment, ce qui lui valut un regard lourd de reproche de la part de Drago qui ne demandait qu'une chose, le silence.
- Justement, ça va rendre les choses plus intéressantes..., répondit malicieusement Blaise en souriant.

 
Pansy sembla réfléchir un instant avant de sourire à son tour, définitivement conquise par le petit jeu de Blaise Zabini. Ils se levèrent ensuite pour se rendre à leur premier cour de la journée, soit Astronomie avec Aurora Sinistra. Pansy prit, comme de coutume, place à côté de Drago et ne réussit pas à tenir plus de cinq minutes dans le silence, avant de lui adresser de nouveau la parole quand leur professeure avait le dos tourné.
.
 
Pourquoi tu ne veux pas jouer ?

 
Alors que Pansy posait sa question, Drago aperçu furtivement qu'elle approchait sa chaise un peu plus près de la sienne, espérant vainement créer un espace dédié à la confidence.
.
 
Tu le sais très bien, répondit-il tout en fixant le tableau devant lui.
C'est à cause de Granger ? Tu n'as qu'à faire comme si ce n'était pas elle. Regarde-moi, j'ai bien Smith, termina-t-elle sur un ton éc½uré.
Heureusement pour toi. Tu te serais retrouvée assise six rangs plus loin si tu t'étais mise à parler à un Sang de Bourbe.

 
Pansy gloussa, attirant ainsi l'attention d'Aurora Sinistra qui lui indiqua fermement de bien vouloir l'écouter au lieu de parler, et la brune se contenta de bêtement hausser les épaules en retenant un second rire. Trois minutes plus tard, elle avait déjà oublié les réprimandes de leur professeure et se tourna de nouveau vers Drago qui griffonnait machinalement sur un coin de parchemin.
.
 
Ce n'est pas drôle si tu joues pas. Crabbe et Goyle auront perdu dans une semaine, et s'il n'y a plus que Blaise et moi, je ne vois pas l'intérêt.
Que je sois là ou pas, ce jeu n'a aucun intérêt.
Ok, alors ça sera sans toi ! Qu'est-ce que tu es de mauvaise humeur aujourd'hui !

 
Drago ne put s'empêcher d'esquisser un sourire, momentanément soulagé d'en avoir terminé avec Pansy et son jeu idiot. La prochaine fois, Blaise pourra les garder pour lui, ses idées foireuses. 
.

- Et si on change de prénom ? Tu n'es pas obligé de jouer avec cette idiote, insista Pansy une nouvelle fois.
- Pansy, qu'est-ce que tu ne comprends pas dans « Je ne jouerai pas à ce jeu débile » ?
- Mais...
- Miss Parkinson et Monsieur Malefoy. Si je vous reprends encore une fois à parler pendant mon cours, l'un de vous changera de place et viendra s'asseoir juste ici.


D'un geste de la main, Aurora Sinistra montra la table la plus proche de son bureau, qui comme d'habitude était inoccupée. Pansy marmonna des paroles incompréhensibles et Drago soupira, regrettant que Pansy n'y ait pas été envoyée immédiatement, lui accordant ainsi une petite heure de tranquillité...
.

Le soir avait fini par arriver doucement, et pendant tout le repas, Drago Malefoy entendit parler de leur nouvelle et brillante idée qui ne semblait visiblement plus quitter leurs esprits. Le jeu n'avait même pas encore commencé qu'il en avait par-dessus la tête. Et qui plus est, il n'était dorénavant plus le centre d'attention. Ils étaient tous après Blaise et celui-ci semblait y prendre un malin plaisir. En jouant avec sa fourchette, Drago releva les yeux et il parcourra la table des Gryffondor du regard avant de s'arrêter une fois avoir trouvé ce qu'il cherchait. Il fronça les sourcils en regardant Hermione Granger, cette Sang-de-Bourbe avec qui il était censé jouer.


Drago trouvait l'idée en soit toujours aussi ridicule et inutile, mais il se rendait bien compte que ce jeu allait doucement l'effacer et le mettre de côté s'il n'y participait pas. Il en avait la preuve réelle depuis le début de la journée. Ce jeu pouvait durer des mois, et il était hors de question que Drago Malefoy, fils de Lucius Malefoy, soit mis de côté autant de temps. Oui, il venait de décider à l'instant qu'il jouerait, et qu'en surcroît, il gagnerait, ne serait-ce que pour enlever ce sourire fier du visage de Blaise. Et il comptait bien garder Granger comme partenaire. Changer de nom le classerait un cran au-dessous des autres joueurs et Drago voulait être le premier, du début à la fin. Alors Sang-de-Bourbe ou pas, Drago Malefoy jouera et gagnera.


- Ok. J'en suis.

 
Immédiatement, les regards des autres Serpentards se tournèrent vers lui et Drago se sentit instinctivement mieux. Pansy affichait un large sourire, visiblement ravie par la décision du blond, et Crabbe et Goyle fêtèrent ça en mordant à pleines dents dans une cuisse de poulet.
.
 
Ah oui ? Mon jeu débile t'intéresse maintenant ? s'étonna Blaise.
Pas spécialement, mais tu as raison. Ça peut s'avérer productif...


Blaise n'insista pas plus et les Serpentards terminèrent leur repas avant de se rendre à la salle commune située au sous-sol. Comme chaque jour, Drago y pénétra après avoir dit le mot de passe sans prêter la moindre attention à la pièce, ni à ses occupants. Mais pourtant, il se souvenait parfaitement de la première fois où il y était entré, il y a un peu plus de cinq ans maintenant. Il avait été d'abord surpris de constater que la salle se trouvait au sous-sol, trouvant que cela était indigne à son titre de Sang-Pur. Puis, il avait été ébahi en comprenant que la salle se trouvait en fait sous le lac de Poudlard, lac qui diffusait et diffuse toujours constamment la pièce d'une lumière verte digne aux Serpentards. Il s'était senti immédiatement chez lui en examinant la pièce décorée de crânes et d'autres objets semblables. Les portes de Serpentard ne sont pas ouvertes à tout le monde, et Drago était fier d'en faire partit, même s'il le savait bien avant de passer sous ce Choixpeau ridicule. Il était impensable qu'un Malefoy se retrouve dans une autre des maisons de Poudlard.


Drago alla s'asseoir sur l'un des fauteuils en cuir noir ouvragé et les autres firent de même tandis que Blaise montait dans le dortoir pour aller chercher ses fameux carnets. Quand il redescendit, Pansy était aussi excitée qu'une enfant et le blond se retint de lui lancer une remarque bien placée. Il avait été exécrable avec elle toute la journée, et après tout si elle avait envie de s'extasier sur ce jeu idiot, grand bien lui fasse. Blaise vint de nouveau se placer en face d'eux avant de les regarder un par un de manière solennelle, exaspérant Drago.


- Blaise, c'est qu'un jeu n'en fait pas une montagne.
- Moi, je le sens bien. Donc, le jeu commencera une fois que vous aurez vos deux carnets en main. À vous de vous débrouiller pour faire parvenir le deuxième exemplaire à votre partenaire.
- Comment ça, à nous de nous débrouiller ? demanda Crabbe.
- Tu te débrouilles. Vous choisirez vous-même la manière dont vous allez livrer le carnet, et bien sûr, ne vous faites pas prendre. Ça serait dommage de perdre au bout de quelques heures...


Vincent Crabbe et Gregory Goyle se lancèrent un regard inquiet, se demandant bien comment ils allaient pouvoir s'y prendre pour faire parvenir le carnet en toute discrétion et Pansy leva les yeux au ciel avant d'avoir une pensée.


- Et admettons que notre... partenaire ne prenne pas la peine de nous répondre ?
- Il faudra insister et lui donner l'envie de te répondre. Et si au bout d'un mois il n'y a rien, on procédera à un nouveau tirage au sort.


Ce jeu était peut-être idiot, mais Drago ne pouvait que constater que Blaise avait pensé à toutes les éventualités. Ses vacances de noël auprès de sa mère ont dû être ennuyeuses à mourir pour qu'une telle idée lui traverse l'esprit.
.
.
- Bien sûr, il ne faut en parler à personne, pas même aux autres Serpentard. Il y a trop d'oreilles indiscrètes dans cette école, ajouta Blaise en regardant autour de lui pour s'assurer que personne ne les écoutait. Je crois que je vous ai dit le plus important. Ah oui et si au bout de trois jours, vous n'êtes toujours pas parvenu à joindre ce carnet à votre partenaire, vous serez éliminé.


Crabbe et Goyle se lancèrent de nouveau un regard anxieux, s'imaginant déjà éliminés avant même d'avoir pu réellement commencer le jeu. Drago ricana et se leva afin de s'approcher de Blaise.


- Ok. Donne-moi tes fichus carnets que je puisse m'en aller.


Blaise lui tendit deux carnets identiques que le blond attrapa sans leur accorder le moindre regard et il monta dans son dortoir où il les jeta sans ménagement sur le sommet de sa valise. Si les autres devaient sûrement être en train de chercher un moyen de faire parvenir le carnet à leur partenaire, le blond s'en fichait royalement. Il était Drago Malefoy et il se doutait bien qu'une idée lumineuse allait le frapper bien avant les trois jours impartis.
.
.
.
Le jeu allait bientôt commencer.



_ _   « Dégoût : Sentiment d'une personne confrontée à ce qu'elle rejette avec une certaine violence, comme ayant fait l'objet d'une souillure inacceptable. »   _  _



Je suis, mais alors, trop fière de moi ! 


Nouveau chapitre d'Eternally Mine posté hier, nouveau chapitre d'Ein Letzter Blick posté ce matin, et nouveau chapitre de Wicked Book posté dans la journée ! 

(Bon, celui-ci je n'ai pas trop de mérite puisqu'il était déjà écrit... xD)

Qu'avez-vous pensé de ce deuxième chapitre ? 
Le jeu se met en place doucement, je n'ai pas envie de commettre la même erreur que sur Eternally Mine en me précipitant trop lors des premiers chapitres... 

Le jeu commencera vraiment à partir du quatrième chapitre :)

J'ai hâte de lire vos impressions et je suis ravie de retrouver de nombreuses d'entre vous ici ! 


Bisous tout doux. 


_ _ « Aversion : Sentiment d’antipathie violente, voir de répulsion, ressenti par quelqu'un à l'égard d'une personne ou d'une catégorie de personnes. » _ _ 13/07/2015

_ _   « Aversion : Sentiment d’antipathie violente, voir de répulsion, ressenti par quelqu'un à l'égard d'une personne ou d'une catégorie de personnes. »   _  _
 

Troisième chapitre.


______Samedi venait d'arriver et Pansy Parkinson comptait bien profiter de ce jour de repos pour enfin faire parvenir ce carnet à Zacharias Smith. Elle ne savait pas comment elle allait bien pouvoir s'y prendre, mais aujourd'hui sonnait déjà le deuxième jour et demain annonçait son élimination si elle échouait. Et il était hors de question qu'elle soit éliminée avant même que le jeu n'ait commencé. Et encore moins si même Crabbe et Goyle parvenaient à donner à Hannah ce maudit carnet. Elle ne savait pas encore si l'un des Serpentard avait réussi étant donné qu'ils avaient interdiction d'en parler jusqu'au lendemain soir.


Pansy était à présent en train d'arpenter les couloirs de Poudlard en attendant vainement qu'une idée lumineuse surgisse dans son esprit, et elle jetait des regards menaçants à tous les élèves qui la regardaient un peu trop fixement à son goût. En tant que Serpentarde, elle n'avait pas le droit de faire irruption dans la salle commune des Poufsouffle, et il était inimaginable de confier cette mission à un des élèves appartenant à la maison de Smith. Non, elle allait devoir se débrouiller par elle-même. Au détour d'un couloir, Pansy pila net en voyant devant elle Zacharias Smith, accompagné de deux autres Poufsouffle dont elle ignorait royalement le nom. Peut-être l'un d'entre eux était Macky, ou Ernie... Ou un nom dans ce goût-là.


La brune recula discrètement pour se cacher derrière le mur, et quand elle les entendit reprendre leur chemin de l'autre côté, elle décida de les suivre sans savoir quoi faire par la suite. Elle suivit les pas des Poufsouffle un petit moment jusqu'à se retrouver non loin de leur salle commune, et Pansy profita de la présence d'une statue pour se cacher derrière. Au moment où les trois garçons entraient dans la salle commune, la brune fit tomber la partie de l'armure servant à protéger la main de la statue et elle aperçut avec stupeur Smith se retourner dans sa direction. Il glissa quelques mots à ses camarades et la porte des Poufsouffle se referma ensuite devant lui. Zacharias commença à faire quelques pas pour se rapprocher de la statue tandis que Pansy sortait doucement sa baguette de sa cape de sorcière. Et avant que le blond ne l'aperçoive, l'idée lumineuse qu'elle attendait depuis deux jours fit soudainement irruption.


- Stupéfix !


Zacharias cessa tout mouvement et après quelques secondes, tomba à la renverse alors que Pansy essayait de retenir son rire. Elle sortit de sa cachette en s'étant au préalable assuré qu'il n'y avait personne dans les couloirs et s'approcha de son nouveau partenaire de jeu. La brune était pratiquement sûre que Smith n'avait pas pu voir qui était caché derrière la statue et elle le tira sans ménagement pour l'emmener dans un coin moins exposé du couloir. Une fois là-bas, elle retourna le corps inerte du blond pour s'emparer de son sac de cours et l'ouvrit en prenant le temps de regarder curieusement ce qu'il pouvait bien mettre dedans. Elle fut déçue de n'y voir que des livres de cours et s'empara ensuite du petit carnet qu'elle avait sur elle en permanence depuis deux jours. Au cas où... En regardant une nouvelle fois autour d'elle, Pansy glissa le petit carnet entre deux manuels avant de le refermer. Elle remit ensuite grossièrement le sac dans le dos du Poufsouffle et elle se cacha ensuite à une distance raisonnable afin de retirer le sort de stupéfixion dont était prisonnier Zacharias Smith. Pansy préféra ne pas tenter le diable et attendit que le blond entre dans sa salle commune avant de s'en aller. Elle le vit se redresser en se massant le crâne sûrement à cause de sa chute, et il regarda autour de lui totalement désorienté, se demandant probablement comment il avait pu atterrir par terre. Il se releva en frottant son pantalon pour y enlever la poussière et entra finalement dans sa salle commune. Et c'est le c½ur léger et l'esprit apaisé que Pansy Parkinson alla rejoindre la salle commune des Serpentards, immensément fière de ce qu'elle venait d'accomplir.
.
.
.
.
.
______Blaise Zabini connaissait depuis les vacances de noël la manière dont il allait s'y prendre pour faire parvenir le deuxième carnet à sa partenaire, soit Padma Patil. En plus de ça, il avait était passablement chanceux lors du tirage au sort. On ne peut pas en dire autant de Drago qui se retrouve avec la Granger, pensa Blaise, ravi. Le Serpentard avait décidé d'attendre dimanche, soit le dernier jour, pour passer à l'action, se donnant ainsi tout le loisir d'admirer ses camarades chercher des solutions. Mais lui avait déjà la solution. À quoi bon emmener le carnet à Patil, quand celle-ci pouvait venir le chercher toute seule ?


Le manoir des Zabini devrait être interdit aux enfants de moins de 12 ans à cause de tous ces objets de magie noire qui y traînait, à cause de toutes ses fioles allant de la plus simple potion à la plus désastreuse, à cause de tous ces enchantements enfermés dans de vulgaires boîtes. Mais Blaise était né au milieu de toute cette magie non contrôlée, et il connaissait chaque fiole, chaque boîte, chaque objet par c½ur. Il connaissait, par exemple, cet enchantement qui allait lui permettre d'attirer Padma Patil jusqu'au carnet.


En vérifiant qu'aucun regard indiscret ne traînait autour de lui, le Serpentard sortit de sa poche une petite fiole. La fiole était nue, il n'y avait dessus aucune indication permettant d'identifier le produit. Comme toutes les fioles du manoir des Zabini. Il décapsula le bouchon et versa les trois gouttes requises sur le deuxième carnet, avant de finalement ajouter trois nouvelles gouttes pour plus de sécurité. Il serait malencontreux que Padma Patil passe à côté sans y prêter la moindre attention. Un peu avant le dîner, Blaise se dirigea vers la salle commune de Serdaigle en essayant de ne pas se perdre et il déposa le carnet dans un coin reculé du couloir, le plaçant de manière à ce qu'il ne soit pas vu aux yeux de tous. Une fois sortie de la salle commune, Padma se sentira immédiatement attirée en direction du carnet, carnet dans lequel il avait écrit le nom de la Serdaigle pour lui faire comprendre qu'il lui était adressé. Pour se faire, il s'était débrouillé pour soutirer un cheveu à Padma en lui fonçant « malencontreusement » dedans au détour d'un couloir quelques jours plus tôt. 


Il attendit en se dissimulant dans un renfoncement et commença à s'impatienter quand enfin, au bout d'un quart d'heure, Padma Patil et une élève dont Blaise ne connaissait pas le nom, Mandy Brocklehurst, sortirent de la salle pour aller manger. Il les regarda partir de l'autre côté, exactement là où elles devaient aller. En passant non loin du carnet, Padma s'arrêta instantanément et tourna la tête à gauche, puis à droite. Mandy, qui continuait d'avancer, s'arrêta en voyant que son amie ne suivait plus et revint sur ses pas.


- Qu'est-ce qu'il y a ?


Blaise qui l'entendit distinctement parler à Padma regarda l'Indienne se diriger exactement là où il avait déposé le carnet et un sourire vint éclairer son visage de Serpentard.


- Qu'est-ce que tu fais ? demanda de nouveau Mandy.


Padma se pencha et ramassa le carnet déposé par Blaise avant de se relever et de se tourner vers Mandy qui la regardait en fronçant les sourcils.


- Tu sors ça d'où ?
- De là, répondit inutilement Padma en indiquant l'endroit où elle venait de le prendre.
- Fait voir.


Joignant le geste à la parole, Mandy s'empara du carnet noir sans attendre l'accord de Padma et l'ouvrit à la première page avant de rire.


- Mais il est à toi ce carnet !


Padma s'approcha plus près de Mandy et lut par-dessus son épaule avant de le lui prendre des mains.


- J'ai sûrement dû le faire tomber en venant déposer mes affaires. Je ne savais même pas que j'avais ce genre de carnet. Attends-moi là, je vais le déposer au dortoir, je reviens !


L'Indienne n'attendit pas une éventuelle réponse de son amie et entra dans sa salle commune avant d'en ressortir quelques minutes après. Mandy lui reprocha d'avoir été trop longue et elles se rendirent ensuite en direction de la grande salle. De son côté, Blaise Zabini regardait sa montre, soulagé. Ils avaient rendez-vous à 21 heures dans la salle commune, soit dans deux heures, et Padma avait enfin le carnet en sa disposition. Les choses s'étaient déroulées exactement comme il l'avait espéré.
.
.
.
.
.
______Vincent Crabbe et Gregory Goyle cherchaient un moyen d'approcher discrètement d'Hannah Abbot depuis ce fameux soir où les carnets leur ont été distribués par Blaise. À leur grand désespoir, vendredi s'était écoulé sans qu'ils ne trouvent la moindre idée et samedi allait bien trop rapidement laisser place à dimanche, soit le dernier jour avant d'être éliminés. Et être éliminé était la dernière chose que les deux compères souhaitaient. Ils finissaient derniers en pratiquement tout et comptaient sur ce jeu pour inverser la tendance, au moins une fois. Mais en ce samedi soir, attablés à la table des Serpentards, les deux amis d'enfance commençaient à désespérer.


- Je propose la méthode forte, commença Crabbe en mordant dans une tranche de pain. On lui lance un sort.
- Et si le sort tourne mal ? demanda Goyle, raisonnable pour une fois.
- On se barre et on dit pas que c'est nous.


Gregory se mit à réfléchir un moment sur la question en mangeant avec avidité. Ils s'étaient attablés un peu plus loin que Drago, Pansy et Blaise pour pouvoir chercher des solutions en toute liberté.


- Ouais, c'est pas mal.


Vincent opina, fier d'avoir enfin trouvé une solution envisageable avant de se rendre compte qu'elle n'était peut-être pas si envisageable que ça.


- Sauf que... Si on foire le sort, on lui aura pas refourgué le livre.
- Merde...


Ils se replongèrent dans leurs assiettes tout en jetant des regards noirs à Hannah qu'ils avaient repérée à la table des Poufsouffle un peu plus tôt. Une fois leurs assiettes vidées, aucune idée lumineuse n'avait traversé leurs esprits et Goyle laissa retomber sa fourchette lourdement en s'attirant les regards de quelques Serpentard autour d'eux.


- Bon, j'en ai marre. On attend qu'elle s'en aille, on la suit et je fais diversion pour que tu lui donnes le livre.
- Et tu vas faire diversion comment ?
- J'improviserai.


Crabbe hocha la tête en signe d'accord. De toute manière, ils n'avaient pas d'autres solutions en vue et les trois jours allaient rapidement arriver à leur terme. Ils attendirent donc, en la fixant, qu'Hannah Abbot sorte de la grande salle. Au bout d'une dizaine de minutes, les deux Serpentard se bousculèrent en voyant la Poufsouffle se lever, mais Crabbe retomba lourdement sur le banc en se rendant compte qu'elle allait sortir avec deux autres élèves.


- Qu'est-ce que tu fous ? s'enquit Goyle qui était prêt à les suivre.
- Elle n'est pas seule !
- Et alors ? On improvisera pour les trois !


D'une poigne féroce, il redressa Vincent Crabbe et ils se lancèrent à la suite des trois Poufsouffle avant de finalement atterrir devant les toilettes des filles.


- Pourquoi elles y vont à trois ?
- Les filles font toujours ça, répondit Crabbe en haussant les épaules. On fait quoi ?
- On attend qu'elles sortent et on leur lance un sort.


Les deux Serpentards attendirent donc dans un coin du couloir et au bout de quelques minutes, ils aperçurent la poignée de la porte tourner et ils levèrent tout deux leur baguette magique. Ils entendirent le rire des trois filles s'élever dans les airs et ils se décidèrent au même moment, avant même qu'elles n'aient eu le temps de sortir entièrement des toilettes.


- Stupéfix !
- Impédimenta !


En à peine quelques secondes, les trois élèves sentir tout leur corps se pétrifier suite au sort lancé par Crabbe, puis elles tombèrent l'une sur l'autre à cause du sort de Goyle. Les deux fautifs regardèrent la scène bouche bée, avant qu'un large sourire ne vienne fendre leur visage et ils se firent face pour se taper mutuellement dans la main.


- Tu as le carnet ? demanda Goyle en s'approchant du petit tas de corps inertes.
- Non, c'est toi qui la.
- Je te l'ai donné ce matin ! grogna le Serpentard en marchant sans y prêter attention sur l'une des mains qui traînait au sol.
- Et moi je te l'ai rendu.
- Et merde ! Il doit être au dortoir ! Dépêche-toi d'y aller au lieu de rester planter là !


Crabbe jeta un coup d'½il inquiet aux trois corps des filles pétrifiées et il se mit à courir en direction des sous-sols du château. Heureusement pour eux, ils n'étaient pas au dernier étage de Poudlard... Il entra dans la salle commune aux couleurs vertes et argent en trombe et ignora l'appel de Blaise qu'il croisa en se rendant dans les dortoirs. De son côté, Goyle déposait sans ménagement les corps des Poufsouffle à l'intérieur des toilettes pour un peu plus de discrétion et il ferma la porte à l'aide d'un sort pour plus de précautions. En attendant que son acolyte revienne, il entreprit de pincer les filles de-ci de-là ou de tirer leurs cheveux, s'amusant de leur manque total de réaction. Au bout d'un peu plus de cinq minutes, il entendit frapper à la porte et il l'ouvrit après qu'un Crabbe essoufflé se fut annoncé.


- Tu l'as ?
- Ouais.


Le Serpentard en sueur entra dans les toilettes tandis que l'autre fermait une nouvelle fois la porte avec l'aide de sa baguette. Ils s'approchèrent ensuite des filles et les examinèrent un instant.



- Euh... C'est bien celle du milieu ?
- Ouais, ça doit être elle.
- Et le livre, on le met où ? Elle n'a pas de sac !
- Elle va nous faire chier jusqu'au bout cette saleté de Poufsouffle ! s'énerva Goyle en lui administrant un coup de pied à la jambe. On va le mettre sur elle, ça devrait être bon.


Joignant le geste à la parole, Goyle s'empara du carnet que tenait Crabbe entre ses doigts et le jeta sur le ventre de la jeune fille inerte. Il ricana et s'approcha de la porte des toilettes quand il fut interrompu par son acolyte.


- On les laisse là comme ça ?
- Et comment ! Quelqu'un va bien finir par les trouver.
- Je crois que c'est plus prudent d'annuler nos sorts. Imagine quelqu'un passe et prend le livre avant de les aider ?


Goyle réfléchit un instant et s'approcha de nouveau des filles en grimaçant de dégoût.


- Sales Poufsouffle, siffla-t-il en crachant sur les corps immobiles allongés sur le sol.


Il se dirigea ensuite vers la porte en intimant à Crabbe de faire pareil et une fois à moitié dissimulés par la porte, il lança le sortilège qui permettait d'annuler les deux anciens sorts. Les deux Serpentard ne prirent pas la peine d'attendre qu'elles se réveillent et marchèrent jusqu'à leur salle commune, fiers d'avoir enfin livré le carnet. Si bien qu'ils ne virent pas Hannah et ses deux amies se relever en posant une multitude de questions, leurs voix montant dans les aigus, témoignant de leur incompréhension. Hannah remarqua ensuite le carnet qu'elle avait fait tomber en se levant et le feuilleta avant de demander aux deux autres s'il leur appartenait. Suite aux réponses négatives de ses amies, elle jeta le livre noir dans la poubelle des toilettes et elles se hâtèrent de se rendre à la salle commune de Poufsouffle pour raconter aux autres ce qui venait de leur arriver.
.
.
.
.
.
______Drago Malefoy avait décidé d'attendre le dernier jour avant de passer à l'action. Puisque le jeu ne devait commencer que dimanche soir après 21 heures, autant attendre le dernier moment. Depuis leur dernière entrevue dans la salle commune des Serpentard il y a trois jours, le blond ne s'était pas préoccupé une seule fois de la manière dont il allait agir. Il se sentait toujours bien supérieur à ce jeu idiot et participait uniquement pour conserver sa place suprême au sein de sa maison. En ce dimanche soir, il mangeait en compagnie de Blaise, Pansy, Crabbe et Goyle, ces deux derniers ayant l'air passablement heureux depuis la veille. Le blond répondit machinalement à Pansy qui lui parlait d'un nouveau groupe de musique dont il ne connaissait même pas l'existence et concentra son regard sur la table des Gryffondor. Il plissa les yeux, se répugnant lui-même en se rendant compte qu'il était en train de chercher la Sang-de-Bourbe, et baissa de nouveau les yeux sur son assiette en se rendant compte qu'ils n'étaient pas encore là. Qu'ils crèvent dans un coin du château, pensa-t-il amèrement en faisant tourner sa fourchette dans la purée de pomme de terre qui se trouvait dans son assiette. Blaise parla ensuite de Dolorès Ombrage, nouveau professeur des forces du mal depuis septembre, attirant ainsi un minimum l'attention de Drago. Le fils de Lucius Malefoy appréciait ce professeur pour la seule et unique raison qu'elle vouait une haine non dissimulée à Potter, et même si ses cours étaient inutiles, elle était toujours mieux que ce loup-garou qui osait se proclamer professeur, ou que cet idiot d'Hagrid.


- Il parait qu'elle cherche des élèves pour mener une petite enquête, annonça Blaise.
- Quel genre d'enquête ? s'enquit Pansy.
- Potter et compagnie sont en train de manigancer quelque chose, et elle cherche des personnes pour les prendre sur le fait.
- On ira la voir à la fin du prochain cours, décida Drago pour tout le groupe.


Lui aussi se doutait bien que Potter manigançait quelque chose, c'était devenu en quelque sorte sa marque de fabrique depuis des années. Alors être celui qui le prendrait sur le fait ? Drago ne demandait pas mieux. Rien n'était plus beau qu'humilier et rabaisser plus bas que terre Saint Potter. À cette pensée, le blond leva de nouveau les yeux sur la table située un peu plus loin et après quelques recherches, trouva ce qu'il attendait depuis le début du repas. La voie était libre...


Sans prendre la peine de préciser où il allait, Drago se leva en laissant son assiette pratiquement pleine et se dirigea vers la volière en vérifiant au préalable qu'il n'était pas suivi. Une fois en haut, il respira l'air frais de la nuit qui était déjà tombée en ce mois de janvier. Il se plaça au centre de la volière en se sentant observé par une dizaine de petits yeux et il siffla entre ses dents avant d'attendre dans le silence. Au bout de quelques secondes, il entendit des ailes puissantes se déployer dans le noir et Drago tendit le bras, qui accueillit quelques instants plus tard un Hibou Grand-Duc majestueux au pelage sombre. Le blond avait toujours eu son propre hibou, refusant catégoriquement d'utiliser une de ces vulgaires chouettes de l'école et il l'avait appelé Salazar. Il plongea sa main dans l'une de ses poches et en ressorti une friandise qu'il tendit à l'animal qui la prit du bout du bec, sans même effleurer les doigts de son maître. Drago esquissa un sourire et se laissa aller à caresser l'animal.


- Tu vas aller au dortoir des filles pour moi, commença-t-il en ayant encore une fois vérifié qu'il était seul. Tu vas livrer ça à la Sang-de-Bourbe et... ah oui, tu ne sais pas qui elle est, ajouta-t-il face aux petits yeux plissés de son hibou. Tu vas livrer ça à Hermione Granger, précisa dit-il en grimaçant de dégoût. Mais ne te fais voir par personne. Si quelqu'un est dans le dortoir, attend que celui-ci se vide. Et tu déposeras le livre sur son lit. Compris ?


Salazar déploya ses ailes et pinça délicatement le doigt du blond pour lui faire savoir qu'il avait compris et Drago sortit le carnet de sous sa cape avant de l'attacher à la patte de son hibou. Il lui avait appris, il y a bien longtemps maintenant, à détacher lui-même les colis ou enveloppes et il savait qu'il en serait parfaitement capable ce soir. Ce hibou était après tout, lui aussi, un Malefoy. Une fois le carnet fermement maintenu, Salazar cligna des yeux en regardant Drago et s'envola dans un bruissement d'ailes. Le Serpentard le regarda partir avant de perdre sa trace dans la nuit noire. Il avait attendu durant tout le repas de voir cette fille de Moldus descendre, et à cette heure-ci, il était pratiquement sûr que le dortoir était vide. Il resta ensuite un moment dans cette pièce circulaire aux murs de pierre cernée de courant d'air en espérant que Salazar ne serait pas trop long à revenir. Au bout de dix minutes, il tendit l'oreille en entendant un bruissement d'ailes et il tendit de nouveau le bras pour que son hibou Grand-Duc vienne s'y poser. Drago remarqua immédiatement que le carnet n'était plus à sa patte et tourna son regard vers la tête de l'animal.


- Tu as fait ce que je t'ai demandé ?


Salazar cligna de nouveau des yeux et il hulula doucement. Drago esquissa un nouveau sourire et comme quelques minutes plus tôt, il sortit une friandise de sa poche, qu'il lui tendit. Il caressa ensuite l'animal avant de tendre le bras pour que celui-ci s'envole en direction de son perchoir. Il n'y avait rien de plus facile que de faire livrer ce carnet à Granger.


_ _   « Aversion : Sentiment d’antipathie violente, voir de répulsion, ressenti par quelqu'un à l'égard d'une personne ou d'une catégorie de personnes. »   _  _


Et voilà pour le troisième chapitre !


Après re-re-re-re-re lecture, je suis un peu septique et du coup j'appréhende vos avis...

Mais je suis prête à prendre le risque et j'ai quand même vraiment hâte de les lires, en espérant que ce chapitre vous aura plus plût qu'à moi...

L'histoire commence réellement à partir du cinquième chapitre !

Merci à vous de me suivre dans cette nouvelle histoire, je suis heureuse de vous y retrouver.


Bisous tout doux.